Affiner la recherche
Essayez nos autres papiers : papiers pour marqueurs, papiers scolaires, tout pour la carterie et plus !

6,95 €
jusqu'à -33%
jusqu'à -33%
jusqu'à -33%
jusqu'à -33%
dès  13,07 € 19,50 €
jusqu'à -33%
jusqu'à -33%
NOUVEAU - Prix de lancement
NOUVEAU - Prix de lancement
NOUVEAU - Prix de lancement
NOUVEAU - Prix de lancement

Essayez nos autres papiers : les feuilles et bloc no 1, 2, 3, 4, et 5, les papiers pour marqueurs, le papier scolaire, ainsi que tout le matériel pour fabriquer votre papier, la carterie, des cartes à gratter et des albums photos !

Focus sur le papier crépon Maildor 40

Le support idéal pour tous les travaux manuels et la décoration festive ! Il ravira petits et plus grands !

Focus sur la fabrication de papier

COMPOSITION DE LA PÂTE

Pour fabriquer du papier, il s’agit en fait de mélanger une pâte fabriquée à partir de fibres de cellulose issues du bois (chutes de scierie, éclaircies) avec une grande quantité d’eau (entre 95 et 97 %).

Les fibres de cellulose sont séparées de la lignine par un procédé mécanique ou chimique. La longueur des fibres obtenues déterminera la résistance du produit : les fibres longues (issues des résineux) sont utilisées pour un papier fort tandis que les fibres courtes (issues des feuillus) composent un papier de luxe destiné à recevoir un beau filigrane. Le coton est également utilisé, mais pour un certain type de papier. En effet, les fibres de coton sont beaucoup plus chères (jusqu’à 6 fois) que les fibres de cellulose. Dans le pulpeur, on ajoute aux fibres de cellulose du carbonate de calcium qui améliore la blancheur et favorise l’écriture. Le Kaolin ou le talc sont d’autres possibilités de charge minérale. Dans ce mélange sont également introduits de la colle pour lier les fibres et des colorants ou des azurants optiques pour optimiser la blancheur.

Il faut ensuite procéder au raffinage de ce mélange : le raffinage est obtenu par cisaillement et frottement des fibres entre des lames métalliques. Cette phase décisive va conférer au produit sa résistance et son aspect fondu.

APRÈS LE RAFFINAGE

La pâte est épurée, c’est-à-dire débarrassée de ses impuretés, par centrifugation (épurateur tourbillonnaire) et sous pression (épurateur à tamis). La pâte épurée est ensuite déversée dans la caisse de tête qui va la répartir uniformément sur la table plate pour former la feuille.

Cette table est recouverte d’une toile qui va permettre une première évacuation de l’eau par égouttage et conduire à la formation de la feuille. Éventuellement, la feuille va passer sous un rouleau qui va marquer l’intérieur. Les feuilles passent entre des cylindres de pressage – section de presse –, recouverts de feutres en laine recueillant l’eau et donnant la structure de la feuille en marquant la surface, puis entre des cylindres de séchage chauffés à la vapeur (plus de 100°C) – la sécherie – qui vont permettre d’évaporer l’eau que la force mécanique des cylindres de pressage n’a pas permis de retirer. À la fin de cette étape, le produit ne contient plus que 3-4 % d’eau.

LA SIZE PRESS

Egalement appelée presse encolleuse, va permettre d’appliquer de l’amidon ou de la gélatine sur la feuille.

La feuille passe dans un bain d’amidon qui va la rendre imperméable et lui donner d’excellentes caractéristiques pour l’écriture, l’impression et le dessin. Cet encollage va ensuite être séché et le produit va passer par des cylindres refroidisseurs. Il faut en effet éviter qu’il ne s’enroule chaud dans la bobine et faire en sorte de préserver sa forme plane.

Fabrication du papier sur forme ronde

Au XIX e siècle, la machine à forme ronde servait à fabriquer les papiers spéciaux (emballage, paille ou filtre) et le carton. Plus petite et moins chère, elle était surtout l’apanage des petites entreprises familiales.

SON FONCTIONNEMENT

La machine à forme ronde fonctionne comme suit : la feuille va être élaborée sur un gros cylindre garni d’une toile métallique qu’on va en partie immerger dans la cuve qui contient la pâte. L’effet de dépression permet à l’eau contenue dans la pâte de pénétrer à l’intérieur du cylindre, les fibres de pâte humide restant à la surface de la toile métallique.

Focus sur le papier à dessins scolaire

Découvrez ce papier à dessin scolaire blanc qui conviendra à des techniques très variées : dessins à la craie, au crayon noir, au fusain, avec des pastels, la gravure sur linoléum, la sérigraphie, la gravure sur bois, etc.

Papier à dessin scolaire blanc de grammage 170 g/m2 et de format 43 x 61 cm. Sa surface est moyennement rugueuse et il a été blanchi sans chlore. Son pH est neutre et il ne contient pas d’acide. Il offre l’assurance d’une excellente conservation dans le temps.

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos services. Merci de cliquer sur „OK“ pour acceptez l'utilisation des cookies. En savoir plus.

 

OK